Mécénat, parrainage, sponsoring : qui peut aider les jeunes artistes ?

Le domaine artistique attire chaque année de plus en plus d’adeptes. De nouveaux artistes commencent leur carrière artistique dans les nombreuses disciplines proposées par le monde de l’art. Cependant, il faut généralement rechercher des subventions pour pouvoir progresser et se faire un nom parmi les différents artistes déjà reconnus. Trouver une protection ou un soutien financier reste néanmoins assez complexe pour plusieurs jeunes artistes. Ils peuvent cependant se tourner vers des solutions telles que le mécénat, le parrainage ou encore le sponsoring. La question est : laquelle de ces alternatives est la plus avantageuse ? Quelques précisions dans cet article.

Zoom sur le mécénat

Le mécénat peut être défini comme étant un soutien financier ou matériel. Ce soutien est apporté à un jeune artiste sans contrepartie directe ou indirecte. La démarche possède un objectif d’intérêt général. Ainsi, le mécène réalise un don en nature ou en numéraire à l’artiste pour qu’il puisse réaliser ses activités et démarrer sa carrière. Ce type de subvention est à but non lucratif et peut être effectué grâce à l’achat des œuvres de l’artiste ou à l’apport d’une donation. Cependant, la collaboration n’exclut pas la présence d’une contrepartie future non disproportionnée à l’aide donnée. Il peut s’agir d’une valorisation de ventes ou d’image obtenue par le donateur. Le mécénat permet aux deux parties de bénéficier d’un bon nombre d’avantages fiscaux vu le titre gratuit de la démarche.

Focus sur le parrainage

Le parrainage est aussi une des formes de soutien pouvant être octroyées aux nouveaux artistes. Contrairement au mécénat, cette méthode équivaut à un soutien matériel en vue d’en retirer un profit direct. Ainsi, les organismes qui soutiennent un artiste, une association, une œuvre ou une exposition peuvent à travers eux faire la promotion de leur image. Le parrainage peut ainsi être associé à une démarche à but commercial. Il peut se présenter sous forme d’apport en nature ou de financement contre la réalisation d’une publicité. C’est notamment le cas si le donateur souhaite faire connaitre son entreprise en contribuant à l’organisation d’une exposition. Ce type de subventions est soumis à différents impôts commerciaux tels que la TVA et doit être normalisé auprès des administrations fiscales.

Le sponsoring à la loupe

Comme pour le mécénat, un contrat de sponsoring peut impliquer plusieurs types de soutien. Il peut s’agir, par exemple, d’un apport en nature tel que la fourniture de compétences ou de matériaux. Il peut aussi s’agir d’un soutien financier sous forme de subventions ou de dons. Le soutien technologique grâce à une mise à disposition de savoir-faire peut aussi être considéré comme une forme de sponsoring pour les jeunes artistes. En règle générale, un sponsor artistique peut réaliser la déduction des dépenses engagées par son soutien du résultat fiscal de son entreprise. Il est néanmoins nécessaire que les dépenses engendrées disposent d’une utilité directe pour l’exploitation de sa structure.

Galeriste d’Art : rôles et activités
Comment le monde numérique influence-t-il l’Art contemporain ?